• La rédaction

Avenir pro : quel futur pour l'apprentissage ?


En début d’année le gouvernement a souhaité relancer l’attractivité de l’apprentissage.

Le 9 février dernier, le Premier ministre, Edouard Philippe, entouré de Muriel Pénicaud, J-M Blanquer et Frédérique Vidal, respectivement, ministre du Travail, ministre de l’Education nationale et ministre de l’Enseignement supérieur, a fait pas moins de 20 propositions pour “libérer, déverrouiller les capacités de développement de l’offre d’apprentissage”

Alors que la loi est étudiée en ce moment à l’assemblée, Corinne Estève Diemunsch, Directrice Marketing et Communication, DRH chez Limonetik, attribue bonnes (et mauvaises) notes aux principales propositions.

LES CHANGEMENTS POSITIFS They need cash ? L’augmentation des salaires pour tous les jeunes de 15 à 17 ans est une bonne chose pour Corinne Estève, “Dans l’entreprise les jeunes apportent leur pierre à l’édifice, il est donc normal qu’ils soient rémunérés à la hauteur de leur travail !”.

Etudiants ou salariés ? “Pour moi, les alternants sont pleinement étudiants ET pleinement salariés. Il est de ce fait évident qu’ils doivent bénéficier de tous les avantages étudiants en culture, sport, transport… !”, soutient-elle avec enthousiasme.

Pas de boulot, pas de diplôme ? Ici encore, la femme d’affaires soutient les apprentis, “C’est parfois compliqué, je le vois autour de moi, entre un alternant et son employeur.

Lorsque les deux partis sont d’accord pour se séparer, il faut faciliter cela et il n’y a pas de raison que l’apprenti perde son année. Il faut savoir le libérer pour qu’il puisse rebondir vite sur un nouveau projet épanouissant, plutôt que de le laisser stagner dans une situation qui risque de le dégoûter du monde professionnel.”

LA PROPOSITION CONTRASTÉE

Le coup de pouce permis ? “Je me demande la pertinence d’une aide de 500€ pour que tous passent le permis. OK pour ceux qui sont dans une filière où le permis de conduire est indispensable mais pour les autres elle devrait plutôt être utilisée pour renforcer les élèves en anglais par exemple - langue qui est aujourd’hui indispensable - et que nos jeunes ne maîtrisent pas forcément bien dans toutes les filières !”

LA MAUVAISE IDÉE

Apprenti ad vitam ? “A 30 ans, on change de carrière, on fait une reconversion professionnelle, on n’est pas un apprenti comme à la sortie du bac ! Il s’agit d’autres statuts. D’un point de vue moral et éthique je crois que c’est important de fixer des limites… Sinon pourquoi pas être alternant à 50 ans ?”, ajoute-t-elle en riant.

Des parlementaires s’opposent au projet :

LE PARCOURS DE CORINNE

“J’ai besoin d’être épanouie intellectuellement au travail”

Corinne a ce qu’on peut appeler un parcours atypique. Après l’obtention de son bac L en 1985, elle passe une année à l’opéra de Toulon où elle goûte au métier de scénographe. Elle obtient ensuite un diplôme d’événementiel (équivalent management culturel : gestion, communication, RH...) à la Sorbonne. Elle se lance donc logiquement dans l’événementiel et travaille pour différents clients : l’armée (Animations Noël dans les casernes), Itinéris (non, ça n’est pas qu’une blague dans Astérix et Obélix Mission Cléopâtre, il s’agit bien ici de l’ancêtre d’Orange), Bouygues…

Puis notre touche à tout se lance dans le conseil en éditique (édition informatique, devenue plus globalement CCM ou gestion des communications clients, par la suite). Commence alors le début de sa carrière riche en rebondissements, aussi bien de part les entreprises que les missions qui lui sont confiées et parfois même, les postes créés pour elle.

Ainsi, entre 1999 et aujourd’hui, Corinne a connu cinq employeurs différents (dont Sefas, Docapost ou encore Limonetik…), une dizaine de postes en France et à l’international et des missions très différentes : directrice marketing et communication, responsable ISO, directrice marketing digital - Relations presse - Lobbyiste - RH - fonction support, Présidente d’une asso de professionnels, du média DOCaufutur.fr ou encore de l’agence de communication TiKibuzz …

“Début 2000 marque un tournant dans ma carrière professionnelle; j’ai connu à cette époque des gens d’une grande qualité humaine; ils sont devenus de véritables amis que je fréquente toujours !”

LE CONSEIL AUX JEUNES

Ce que je peux conseiller aux jeunes, c‘est de ne rien attendre des autres. Ils doivent être moteur de leur carrière ! Il y a de nombreuses opportunités qui se présenteront à eux, il faudra repérer celles qui leur conviennent et les saisir. Osez ! Les jeunes apportent leur dynamisme à l’entreprise. Ils doivent être curieux, avoir soif d’apprendre et se faire confiance, mais ne pas faire semblant de tout connaître ... Et surtout je leur conseille d'être enthousiaste, humble et travailleur !”

Pour aller plus loin :

Les propositions du gouvernement

L’alternant ce schizophrène

Si tu veux te renseigner sur l'alternance La campagne du gouvernement, #DémarreTaStory

La loi est adoptée ?


  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Icône social Instagram
logo-ajstage-couleur.png